• Petit Oiseau blessé Le 16 06 2004

     

    Petit oiseau juste envolé du nid

    Tes parents t’avaient pourtant averti

    Sur ta route tu pouvais rencontrer l’ennemi

    Tu as lutté sous le vent et la pluie

    Mais un jour tu t’es confronté à l’ouragan

    Là tu n’as pas pu te défendre

    Sournoisement, par surprise il t’a blessé

    Sous sa force tu es tombé

    Tu étais rempli d’innocence et de naïveté

    Mais le diable dans sa rencontre t’a piqué

    Longtemps tu es resté à terre

    Tu as tenté de rassembler tes restes

    Morceau après morceau, tu les as réparés

    La force utilisée t’a épuisé

    Les blessures, tu les as pansées

    Tes parents ne sont plus là pour t’aider

    C’est en toi que tu trouveras les ressources

    Pour voler de nouveau vers la source

    Tu peux voler longtemps

    Sans craindre l’ouragan

    Le temps ne t’est pas compté

    Pour atteindre la sérénité

    Un jour tes larmes te laisseront la paix

    Et le repos tant espéré aura la douceur du lait


    votre commentaire
  • Souffrance , souffrance                         Le 23 03 2004



    Je pensais que tu m'avais lâchée

    Que je t'avais enfin abandonnée

     

    Pendant si longtemps nous avons cheminé

    Main dans la main, peau contre peau

    Tu me permettais d'exister

    Puis un jour j'ai grandi

    Nous avons pu nous séparer

    Quel bonheur de découvrir la VIE

    Mais quel envol précaire

    Profitant de ma vulnérabilité

    Tu m'as rapidement rattrapée

    A nouveau tu m'envahies

    Je me sens trahie par mes amis

    Sous les coups je suis anéantie

    N'a-t-on droit à aucune faiblesse?

    Une mince faille dans ma forteresse

    Et tu t'engouffres à grande vitesse

    Tu pèses sur mes épaules comme du plomb

    Mes larmes ont un goût de regret

    Regret de ces quelques mois de libération

    L'avenir! Se résigner, accepter, espérer ?

    Souffrance, souffrance, tu fais partie de moi



    3 commentaires
  •  

                                                                                                                                                    Le 18 07 2003

    La montagne , les paysages,la détente
    Tant attendues ces vacances
    Tout était réuni pour un pur bonheur
    C'était sans compter sur ce passé de malheur
    Un instant d'intimité
    Et le passé m'a rattrapée


    Un nouveau souvenir s'est abattu
    Sur ce bonheur nouveau venu
    Mais quand cela cessera-t-il?
    Combien en restent-ils?
    De ces souvenirs cuisants
    Toujours plus dégradants
    Encore culpabilisants


    Les laisser se mettre en maux?
    Impossible de dire les mots!
    Les garder à l'intérieur
    Sans faire partir la vapeur?
    Ou alors les partager avec l'être aimé?


    Plutôt des souvenirs de vacances
    Que l'on aimerait partager
    Mais non,c'est encore la souffrance
    Toujours avec autant d'importance
    D'un passé toujours là
    Trop lourd,trop cruel,trop présent


    Une angoisse intérieure tellement connue
    Celle qui fait des ravages
    Mais moi je veux tourner la page!
    La lueur dans toute cette noirceur
    C'est que d'une oreille attentive
    On m'écoute et on me dise:
    Et bien parle mon coeur et pleure
    Si telle est ta douleur


    C'est un baume sur cette douleur
    Et plus loin que la peur, c'est l'espérance
    D'un avenir qui verra le bout de la souffrance
    MERCI mon bien aimé, MERCI mon cœur.



    e_mail2_033.gif


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique