• Non, en ce moment je trouve que la vie n'est pas facile, je viens de passer presque 3H à régler des choses au téléphone ou sur internet.
    Pour commencer, nous partons demain pour 5 jours à l'étranger, notre belle fille a perdu son père. Heureusement, mes enfants étaient près de lui, ce n'est pas évident quand même.
    Ensuite, ma fille s'est décidée à prendre la 1ère annonce de travail venue:
    (ménages matin et soir dans des entreprises) enfin elle a un entretien vendredi. Hier elle avait un RV à la banque qui s'est mal passé, un découvert de 600 euros que nous devons combler, et ses échéances de prêt étudiant que nous devons aussi régler.
    Alors elle va assez mal, et moi je suis touchée, je l'ai laissée aller jusqu'au bout de ses problèmes, bon là elle a demandé alors il faut bien l'aider surtout qu'elle va travailler et nous remboursera j'espère le plus vite possible.
    Et puis j'ai du repousser notre RV chez notre thérapeute de couple, ce sera seulement pour fin Novembre, en attendant et bien mon mari fait des efforts, mais avec beaucoup d'émotions, et je ne le sens pas très bien non plus!!!
    J'ai revu mon médecin hier, il pense que j'ai une névralgie cervico-brachiale, d'ou mes douleurs cuisantes la nuit, il a donné un traitement. Je lui ai parlé de mon essai de diminution d'anti-dépresseurs de cet été, essai assez négatif, il n'est pas pour!!! j'aurais tellement aimé pouvoir diminuer et aller vers un arrêt, ce n'est peut-être pas le moment !!!


    votre commentaire
  • Je reprends un peu mes écrits:

    Le lendemain de notre crise, je me sentais si mal le matin que j'ai repris un RV chez notre thérapeute de couple, chez qui nous avions fait un travail d'un an 1/2, et qui s'est arrêté voilà un peu plus d'un an. A ma gande surprise un RV était libre dans une dizaine de jours, j'ai réservé pour nous deux en me disant:
    si mon mari ne veut pas venir j'irai seule, s'il veut y aller seul, je n'irai pas !!!

    Quand il est rentré le midi, nous n'avons pas pu parler, notre fille étant là, c'est plus tard dans l'après midi que lui a commencé la discussion, il était rempli de culpabilité car il voyait que je n'étais pas très bien. C'est désagréable cette impression de se sentir responsable du bonheur ou du malheur de l'autre. Il a tellement de peurs, par exemple j'ai du lui expliquer tout ce que je faisais avec mon blog, il pensait que je communiquais avec un autre ..... Mais j'en ai marre de devoir toujours me justifier.

    L'essentiel c'est que nous ayons pu échanger sur nos ressentis de la veille bien sur, et des semaines, mois passés.
    Il semble comprendre mon impression d'étouffer, mais comme un enfant commençait à dire : j'ai décidé de ne plus rien dire (quand je suis absente ou sur le PC) !!!  ce à quoi j'ai répondu, le problème n'est pas là, c'est surtout que tu as des choses en toi à exprimer, et que tu aurais besoin d'être aidé, il en est conscient, n'a pas vraiment envie, mais il a fondu en larmes et disant: il ne faut pas !!!  je lui ai dit : mais si justement , laisse donc sortir tes émotions et tu as bien des raisons d'être triste avec cette maladie.
    J'ai fini par lui annoncer que j'avais pris un RV chez notre ancien psy, à ma grande surprise il n'a pas été déçu du tout, bon il veut que l'on aille ensemble la première fois, après je pense qu'il aurait besoin de continuer seul, moi je vais bien sinon.
    Ce  midi nous reparlions de tout cela, et il m'a dit que notre séjour à Lourdes lui avait fait revivre toute sa maladie avec ce qu'elle comportait de souffrances et d'angoisses, il a revécu son séjour à l'hôpital avec les nuits blanches en réanimation, ou il pensait que sa vie s'arrêtait là !!! c'est encore avec beaucoup d'émotions qu'il me parlait de cela ce midi.
    Alors, pour ma part, je suis fatiguée de porter tout le monde. Ma fille va mal, ce n'est pas nouveau mais maintenant elle me le dit: ses angoisses, ses insomnies, son manque d'appétit. Elle n'a plus d'argent, ne trouve pas de travail, cette semaine elle est entrée dans une voiture qui était à l'arrêt dans les bouchons, les pare chocs n'avaient aucune trace, honnête elle a donné son adresse à l'autre jeune qui conduisait la voiture de sa mère. Cette mère appelle notre fille hier pour lui dire que tout le dessous de sa voiture est enfoncé et à changer et qu'il y a 400 euros de frais, c'était la goutte qui a fait déborder le vase. Ma fille ressent une injustice, bon mon mari essaie de régler le problème mais psychologiquement , elle n'arrive pas à avaler.
    Elle a déjà subi des injustices de ce genre !!!
    Alors voilà je m'inquiète pour elle, et son frère et son père aussi, on voit qu'elle va très mal.

    Avec moi mon mari se dépense sans compter pour m'aider, pour  faire plein de choses  comme un enfant qui veut récupérer l'amour de sa maman, pfft ça m'agace !!!
    Demain sera un autre jour !!!


    votre commentaire
  • En effet c'est très difficile, je pense que je suis dans un état émotionnel assez fragile depuis quelques jours. Et en plus, mon mari ne me semble pas bien, j'explique:

    - Sa maladie semble derrière lui, mais il en supporte les conséquences (mutilation importante au niveau digestif, et alimentaire) Le moral qu'il montre à tout le monde parait au beau fixe, mais avec moi c'est bien différent, sauf peut être quand nous partons en vacances (nous sommes ensemble 24h sur 24). Sinon déjà bien avant cela il était très dépendant envers moi, cela s'est "aggravé" depuis cette maladie (pratiquement un an) bien sur que j'ai été très présente quand il avait vraiment besoin de ma présence, depuis le printemps déjà je m'autorise plus à faire des choses seule. Mais ce que je remarque c'est que depuis un ou deux mois, ma présence constante lui semble indispensable, je pense que c'est depuis qu'il a revu ses médecins en Septembre et qu'ils lui ont dit que la récidive était toujours possible, il se disait guéri!!!
    Alors c'est vrai que je suis partie pour le stage de biodanza toute la journée dimanche. Lundi j'avais différents RV, et la visite à une amie (donc absente toute la journée)
    Hier nous avons été à la maison toute la journée, lui refaisait les teintes extérieures et moi je lavais les ouvertures et les vitres, tout cela avec un fort mal de tête tout l'après midi. Nous avons échangé souvent, avons passé du temps ensemble, mais séparément aussi.

    Bref avant le diner, je suis venue sur mon PC pour me reposer et j'ai essayé de modifier ma mise en page de blog, tout un plaisir pour moi.
    C'est vrai qu'il a préparé le repas pendant ce temps, mais avec plaisir aussi.
    Nous avons diner, et comme je n'avais pas réussi ce que j'avais entrepris sur mon blog, je m'y suis remise, tout cela entrecoupé d'un appel téléphonique, d'un échange avec mon fils sur msn, dont je me serais passée (au niveau du temps passé)
    Son habitude à lui c'est de se coucher vers 21h ou un peu avant pour regarder la télévision, et son exigence c'est que je passe la soirée près de lui.
    Voilà le noeud du problème: je fais un effort tous les soirs pour le rejoindre pas après 21H30, mais il m'appelle sans cesse, est de mauvaise humeur quand je me couche, bref que des reproches !!! si bien que je sature et n'en peux plus.
    Hier soir, un détail tout bête: ma fille m'avait prêté son oreiller cervical car je souffre beaucoup du cou et d'une épaule la nuit, je pensais aller le remettre dans une pièce ou elle le trouverait en rentrant (elle habite un studio de l'autre bout de la maison) j'étais fatiguée et je savais qu'elle viendrait regarder à cet endroit s'il y était.
    Mon mari s'est faché en disant qu'il devrait se lever lui, pour aller le remettre, enfin bon d'un coup de colère, j'ai traversé la maison et jeté l'oreiller dans la pièce de ma fille (je présise qu'elle vient souvent prendre des objets à la maison et ne les rapporte pas) et suis venue me coucher en faisant la tête, ce qu'il a vu aussitôt. C'est très rare pour moi cette façon de réagir, lui par contre me fait la tête quand je ne suis pas couchée à 21h.

    Le reste de la soirée sans parole pendant le film, puis à la fin il tentait de me parler en me demandant si j'étais fâchée, j'avais beaucoup de mal, et je ressentais une profonde tristesse, j'avais aussi très mal à la tête, j'avais déjà repris un antalgique et une autre gélule d'anxiolitique. Pour lui répondre, je lui dis donc que j'ai mal à la tête, et là il se culpabilise en disant comme un enfant: c'est moi qui te donne mal à la tête.
    J'ai réussi à dire que non, que ce n'était pas le problème et à exposer ce que j'ai dit au dessus, nous avons déjà fait une thérapie de couple et le psy disait bien qu'il ne fallait pas que je remplace les contacts manquant qu'il avait en travaillant, que j'avais ma vie aussi. Que lui devrait faire des activités extérieures, je lui ai rappelé aussi.

    A ma charge, il avait dit aussi que ce serait bien que j'éteigne mon PC plusieurs soirs par semaine avant le diner. Mon mari a bien su me le rappeler, je lui ai dit que moi j'étais prète à me remettre en question mais pas lui .
    Et là, la phrase qui me fait pleurer depuis hier soir:
    Parfois je me demande pourquoi je m'en suis sorti !!!
    Et bien pour me rajouter une bonne couche de culpabilité, il n'y a pas mieux et je suis mal depuis.
    Nous avons pu en parler après, mais c'était dit. Il m'a dit qu'il avait enduré beaucoup de souffrances, que parfois il trouve encore que c'est très dur.
    J'ai réussi dans les larmes à lui dire que cette phrase me touchait beaucoup, il m'a répondu qu'il nous aimait beaucoup, ses enfants et moi, je lui ai répondu qu'il comptait beaucoup pour nous et que nous l'aimions très fort, il le sait.
    Pour conclure je lui ai dit qu'il aurait besoin de se faire aider, de déballer tout son vécu, il n'en est pas persuadé, mais n'a pas dit non, à voir !!!

     Il est parti bricoler ailleurs ce matin et je ne lui ai pas parlé, j'ai fait semblant de dormir, je ne pouvais pas !!!
    Mais c'est très très rare que je sois seule à la maison, c'est à vrai dire JAMAIS, et j'en ai besoin.
    J'ai besoin d'air:

    LAISSEZ MOI RESPIRER, LAISSEZ MOI VIVRE
    .


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires